Suppression de la participation de l’Etat à « l’aide au maintien » en agriculture biologique : INTERBIO Nouvelle‐Aquitaine demande au Ministre de l’Agriculture de mettre sa décision en suspens

de | 29 septembre 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

À Bordeaux, le 28 Septembre 2017

 

Suite à l’annonce du Ministre de l’Agriculture concernant la suppression de la participation de l’Etat à l’aide au maintien  en  agriculture  biologique,  INTERBIO  Nouvelle-­‐Aquitaine,  interprofession  bio  régionale  dont  le collectif représente un chiffre d’affaires d’1 milliard d’euros et le poids économique de 4 000 producteurs, 200 organisations de développement et entreprises membres, demande au Ministre de mettre sa décision en suspens, alors que les réflexions dans le cadre des Etats généraux de l’Alimentation sont toujours en cours.

En effet, par cette décision le Gouvernement sape les raisons de l’existence de cette mesure de soutien aux agriculteurs bio liées aux bienfaits de l’agriculture biologique, notamment sur l’environnement et la santé. L’heure n’est pas venue pour l’agriculture biologique, fer de lance actuel de l’économie agricole française (avec un marché de 7,5 milliards d’euros, le seul affichant une progression à deux chiffres : +20 % par an) de se voir retirer une aide de 8 millions d’euros alors que les besoins en matières premières augmentent et sont indispensables pour assurer la construction de filières bio nationales pérennes et éviter les importations.

Situation en Nouvelle-­‐Aquitaine : la Région Nouvelle-­‐Aquitaine vient d’annoncer, dans le cadre du Pacte régional bio signé en juillet 2017 entre les Pouvoirs Publics et la profession, que le dispositif d’aides aux agriculteurs bio de la région reste inchangé. Les contrats « aide au maintien » déjà engagés auprès des agriculteurs bio et ceux qui seront déposés en 2018 et 2019 seront honorés.    

A prix agricoles, surfaces agricoles et rendements constants, le maintien de l’équilibre économique d’une ferme n’est possible que si la croissance générale du marché redistribue des points de marges pour compenser l’augmentation des charges (ex : coût des semences, du matériel, de la main-­‐d’œuvre etc.). Or,  les  filières  et les marchés en agriculture biologique, tout comme en conventionnel, ne disposent pas aujourd’hui des mécanismes juridiques nécessaires pour assurer l’équité économique dans les relations commerciales alors même que la raison invoquée pour supprimer cette aide est « le marché ».

De plus, les études économiques menées par l’interprofession avec le soutien des centres de gestion des exploitations agricoles montrent que « l’aide au maintien » permet à une majorité d’agriculteurs bio d’équilibrer le budget de leurs fermes, sans quoi il serait déficitaire. Cette décision risque donc de mettre en péril l’équilibre financier de plusieurs milliers d’exploitations. De plus, même si aujourd’hui l’agriculture biologique se porte moins mal que le reste de la profession, la rémunération de l’ensemble des heures travaillées par l’agriculteur bio non salarié reste malheureusement en moyenne autour de 4 € / heure (source Observatoire des prix et des marges). Ainsi, pour les agriculteurs bio, la prévision de la suppression de cette aide est un affront fait à la filière et un signal négatif pour l’élan que connaît cette production, qui est l’une des plus vertueuses en termes de bénéfices sur l’environnement, sur la santé humaine et sur l’emploi.

A ce titre INTERBIO Nouvelle-­‐Aquitaine réitère sa demande de suspendre le retrait annoncé du Ministère de sa contribution à « l’aide au maintien » et souhaite collaborer avec les Services de l’Etat afin de travailler sur les arguments en faveur de sa pérennité et sur une nouvelle formulation aujourd’hui inappropriée de ce dispositif « aide au maintien » et d’être renommé au regard des bienfaits de l’agriculture biologique.


Contact
 :
Edouard ROUSSEAU, agriculteur bio, vice­‐président d’INTERBIO Nouvelle-‐Aquitaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *