Nutella accusé d’exploiter des réfugiés syriens pour récolter des noisettes (Source : www.lepoint.fr)

de | 17 mai 2019

Ferrero sous-traite la récolte de l’ingrédient phare de sa pâte à tartiner à des réfugiés, parfois mineurs, pour des salaires de misère, selon le « New York Times ».

Déjà critiquée pour son exploitation de l’huile de palme, la marque italienne est maintenant accusée d’exploiter des réfugiés syriens pour récolter des noisettes.
© MARCO BERTORELLO / AFP

Une polémique de plus pour Nutella. Déjà pointée du doigt pour son implication dans la déforestation liée à la surconsommation d’huile de palme, la célèbre pâte à tartiner italienne (1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires) est aujourd’hui sur le banc des accusés après la publication d’une enquête du New York Times, qui dénonce les conditions de travail sur les exploitations de noisettes en Turquie. Le groupe Ferrero, propriétaire de Nutella et troisième producteur de chocolat au monde, achète un tiers des noisettes produites par la Turquie, premier exportateur de ce fruit à coque. Le pays concentre 70 % de la production mondiale de noisettes. Ses 600 000 exploitations bénéficient non seulement d’un climat favorable, mais également d’une règlementation plutôt laxiste : le Code du travail turc ne s’applique pas aux entreprises agricoles de moins de 50 employés, explique le quotidien américain.

Travail épuisant et salaires de misère

L’été, ils sont des dizaines de milliers de travailleurs saisonniers à proposer leurs services aux exploitations de noisette. En première ligne, les réfugiés syriens, qui ont fui la guerre et l’État islamique depuis 2011 et ne bénéficient pas de permis de travail. Trois millions de Syriens ont traversé la frontière et se sont installés en Turquie. Quelque 200 000 d’entre eux travaillent sur les exploitations de noisette. Des « recruteurs » jouent les intermédiaires moyennant une part de leur salaire négocié avec les exploitants, ce qui favorise les abus de pouvoir. Dans un rapport sur la culture de la noisette en Turquie, l’association Fair Labor raconte l’expérience de Remziye, une migrante de 38 ans, et de ses neuf enfants, installés dans des tentes sans accès à l’eau potable. La famille n’a appris le montant du salaire qu’une fois arrivée sur place. Tous, dont sa fille de 12 ans, travaillaient entre 11 et 12 heures par jour pour un salaire total de 75 à 90 dollars par jour.

En plus de conditions de travail épuisantes, les saisonniers ne sont pas protégés physiquement et opèrent sur des terrains dangereux. « Le sol est tellement escarpé. Vous ne pouvez jamais vous tenir droit », a raconté Abrahim Khalil, un saisonnier, au New York Times. Selon Fair Labor, plus de 72 % des travailleurs ont déclaré avoir à peine assez d’argent pour s’en sortir. La quasi-totalité (99 %) a déclaré travailler sept jours sur sept. L’association affirme que les problèmes liés au travail des enfants se sont « détériorés au cours de la dernière année ».

Ferrero se dédouane

Contactée par le quotidien américain, Ferrero a affirmé sa détermination « à fournir à ses salariés des conditions de travail sûres et décentes » et dit demander à « (ses) agriculteurs indépendants de faire de même ». Mais derrière ces déclarations, la réalité est bien plus sombre. « En six ans de suivi, nous n’avons jamais trouvé en Turquie une seule exploitation de noisetiers dans laquelle toutes les normes du travail sont respectées », a expliqué Richa Mittal, directrice de l’innovation et de la recherche de Fair Labor au quotidien américain.

Malgré les polémiques, les usines tournent à plein régime : 350 000 tonnes de Nutella sont produites chaque année. En 2012, avec « l’amendement Nutella », des sénateurs français avaient voulu taxer davantage l’huile de palme, mais sans succès. Cependant, la firme perd peu à peu sa position monopolistique : sur les cinq dernières années, elle a perdu 10 points de parts de marché.

Source : https://www.lepoint.fr/monde/nutella-accuse-d-exploiter-des-refugies-syriens-pour-recolter-des-noisettes-02-05-2019-2310650_24.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.